modern tiny house with solar panels on the roof

La tiny house, une nouvelle façon d’habiter 

L’habitat léger et alternatif a le vent en poupe en Belgique. Né aux Etats-Unis au début des années 2000 pour abriter les personnes qui avaient perdu leur logement suite à la crise des subprimes ou celles victimes de l’ouragan Katrina, la tiny house offre une solution à tous ceux qui veulent vivre autrement. Quels en sont les avantages ?

1. Une belle habitabilité

 La tiny house peut être entièrement équipée pour que vous puissiez y vivre : cuisine, sanitaires, des couchages (en mezzanine notamment pour un gain de place)… Deux tiers des Belges qui achètent une tiny house le font d’ailleurs pour y habiter, soit par choix, soit par nécessité économique, même si d’autres usages sont possibles. La plupart ont moins de 35 ans, s’opposent à une société d’ultraconsommation ou n’ont pas envie de s’endetter pour 20 ans. Vous pouvez y vivre à 2 et même en famille.

2. Un bien à un prix abordable

Vous devez compter entre 30 000 et 60 000 euros pour une tiny house complètement aménagée. Le prix dépendra bien sûr du type d’aménagement que vous souhaitez. Il est envisageable d’y installer une cuisine à partir de 600 euros, comme une cuisine à 7 000 euros…. Pour des bons matériaux, vous devez compter environ 50 000 euros. Pour une somme abordable, il est donc possible d’avoir un habitat confortable.

3. La tiny house, c’est petit, c’est mignon

Le terme tiny house peut se traduire par « maison minuscule ». Ces habitations font 2,5 mètres de large, 4 de haut et entre 5 et 9 mètres de long. La taille est limitée par le code de la route puisque la tiny house est transportable.

4. Une mobilité à toutes épreuves

La véritable tiny house est sur roues. C’est-à-dire que vous pouvez la déplacer, même si dans la pratique peu de gens le font. Mais il ne s’agit pas d’une caravane… Vous n’êtes pas censé prendre votre tiny house pour quinze jours de vacances dans le sud de la France ! Le concept correspond bien aux jeunes travailleurs qui ne savent pas quel boulot ou quelle relation sentimentale ils auront dans 5 ans et souhaitent dès lors rester « mobiles ». Le fait que le bien soit sur roues facilite sa revente. Aux Etats-Unis, par exemple, tout le monde s’échange ce type de maison en fonction des parcours de vie.

5. Vivre en autonomie

Votre tiny house peut être entièrement autonome. Pour l’électricité, elle est généralement raccordée à un bâtiment existant ou disposer de ses propres batteries solaires ou panneaux solaires. Pour le chauffage, vous pouvez utiliser des bonbonnes de propane ou butane. Pour l’eau, cependant, c’est un peu plus compliqué. Il est possible de récupérer l’eau du toit, mais cela risque de ne pas être suffisant. Le mieux est d’être proche d’une source : eau courante, rivière, étang… Pour l’évacuation, en ce qui concerne les toilettes, le plus simple est d’opter pour des toilettes sèches. Pour les eaux grises (douche, vaisselle…), vous pouvez placer des filtres et installer une ministation d’épuration.

6. La tiny house, un logement écologique

La tiny house est dans la plupart des cas construite en bois, un matériau écologique et durable. Les autres matériaux utilisés sont également écologiques. Le concept attire d’ailleurs des personnes qui souhaitent un habitat plus respectueux de l’environnement.


7. Un permis plus facile

La tiny house exige un permis mais celui-ci est simplifié et la procédure est plus rapide. En effet, la construction ne demande pas d’architecte. Quant à savoir si le permis va être accordé ou pas, comme pour toute question d’urbanisme, cela dépend des communes. Certaines d’entre elles, qui se positionnent comme novatrices, délivrent plus facilement des permis. D’autres aiment moins le concept de construction mobile. Si l’on regarde les données par province, c’est dans le Hainaut que les autorités communales sont les plus ouvertes au concept. Dans des provinces qui ont plus été « cannibalisés » par les caravanes, les administrations sont plus frileuses. La délivrance ou non d’un permis dépendra aussi du lieu où vous allez placer votre tiny house et de son affectation. Vous obtiendrez ainsi plus facilement un permis si vous l’installez dans une zone urbanisable et si vous la destinez à un logement touristique plutôt qu’à une habitation permanente.

8. Plusieurs possibilités d’utilisation pour les tiny house

La plupart des personnes qui achètent une tiny house le font pour y habiter. Mais d’autres possibilités existent : un logement de tourisme, un bureau – et notamment pour des entrepreneurs qui se déplacent sur différents chantiers -, une pool-house, un show-room…

9. Une grande liberté architecturale

Chez la plupart des fabricants, vous pouvez faire réaliser votre tiny house sur mesure, dans le style qui vous plaît. Il existe différentes formes de toit, des petites ou des grandes baies vitrées… La différence avec une caravane résidentielle ? Les fabricants vous répondront tous la même chose : « Elle est plus belle et vieillit bien mieux avec le temps ».

10. Un habitat vivant en lien avec la nature

La tiny house propose une autre façon d’habiter et permet de vivre au cœur des éléments. Comme l’habitat est plus petit qu’une maison traditionnelle, vous serez tenté de vivre plus à l’extérieur. Vous prendrez plus en compte les éléments naturels : « va-t-il faire chaud ou froid aujourd’hui ? ». C’est un habitat plus vivant.

Les tiny house vous intéressent ?

Retrouvez plus d’infos et trouvez l’inspiration sur ConstructR

En savoir plus

Plus d’Articles