Le bien que vous prenez en location, par définition, ne vous appartient pas. Mais en même temps, vous y êtes chez vous. Jusqu’à quel point pouvez-vous l’aménager ? Immoweb vous conseille de suivre quelques grands principes.

L’entretien en bon père de famille
Le premier principe à respecter consiste à entretenir le logement qu’on vous a confié en bon père de famille, c’est-à-dire faire ce qui convient pour éviter qu’il ne se dégrade davantage que par « l’usure normale » due à une occupation ordinaire des lieux. En d’autres termes : vous rendrez le bien dans l’état dans lequel vous l’avez trouvé.

Par ailleurs, vous êtes non seulement responsable du petit entretien (changer une ampoule, réparer un robinet qui fuit, ramoner la cheminée…) mais devez aussi prévenir le propriétaire en cas de problème plus sérieux (un dégât des eaux, la corniche qui menace de tomber, etc.)

Consultez notre article: locataire/propriétaire: qui fait et paie quoi?

Parlez-en toujours à votre propriétaire
Pour le reste, tout est à convenir avec votre propriétaire, qui vous encouragera même peut-être à l’une ou l’autre rénovation à condition d’avoir un droit de regard sur votre projet.

Mais que le contrat de location contienne ou non des éléments concernant l’aménagement, contactez toujours votre propriétaire avant de vous lancer dans quoi que ce soit : mieux vaut éviter les mauvaises surprises.

Et n’engagez pas non plus des frais à sa place sans son consentement, il pourrait refuser de vous les rembourser !

Les règles d’usage
Au-delà de ces précautions de base, il est communément admis d’enfoncer des clous ou des vis dans les murs (à condition de reboucher les trous à la sortie du bail), d’installer des persiennes ou des rideaux, ou encore de repeindre les murs dans la couleur de son choix.

Le propriétaire pourrait toutefois exiger que vous repeigniez les murs dans leur couleur initiale avant votre départ. C’est probablement la raison pour laquelle les murs sont si souvent blancs dans les biens de location : non seulement cette couleur neutre agrandit l’espace et plaît au plus grand nombre de locataires, mais elle limite aussi la contestation.

Les grands travaux
Des travaux plus conséquents sont toujours envisageables avec l’accord de votre propriétaire, surtout si vous louez son bien pour une longue durée. Mais il faudra trouver un accord sur le partage (ou non) de la facture.

Votre propriétaire sera peut-être ravi que vous proposiez ces travaux qui embellissent son bien, ou au contraire ne verra-t-il votre projet que comme une charge qui vient inutilement grever la rentabilité de son investissement…

Par ailleurs, certaines primes (à l’isolation par exemple) peuvent aller directement au locataire si c’est celui-ci qui prend les travaux en charge.