jardins du botanique, stop au béton

Qu’est-ce que le « stop au béton », et pourquoi une telle mesure ?

Le stop au béton. L’expression semble aussi lourde que sa signification, et certains lui préfèrent « stop à l’urbanisation ». À partir de 2040, il sera interdit de construire dans l’espace ouvert en Flandre. Mais qu’est-ce que cela implique réellement ? Pourquoi cette mesure a-t-elle été introduite ? Et ces règles s’appliquent-elles également en Wallonie ? Nous vous apportons des réponses à ces questions brûlantes. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus !

Que signifie le « stop au béton » 2040 ?

Le stop au béton implique que vous ne pouvez plus construire que dans l’espace qui est déjà occupé. Autrement dit, à partir de 2040, il sera interdit d’occuper de nouveaux espaces. Ce que l’on appelle les « espaces verts » (= l’espace ouvert) doivent donc surtout rester des espaces naturels. Ce qui ne veut pas dire que l’on ne peut plus construire nulle part. C’est toujours possible sur une parcelle existante déjà bâtie, ou déjà artificialisée. En d’autres termes, on habitera davantage les uns au-dessus des autres, et plus près les uns des autres. Et soyons honnêtes, après 2020, cette perspective est plutôt réjouissante, non ?

Pourquoi cette mesure de stop au béton a-t-elle été introduite ?

En Flandre, quelque 6 à 7 hectares sont construits chaque jour en moyenne. Quand on dit que le Belge a une brique dans le ventre… Et ce n’est pas rien quand on sait que le taux d’occupation du sol n’est aussi élevé nulle part ailleurs en Europe. Avec pour conséquence que l’espace public est plutôt dispersé. Cet éparpillement perturbe la biodiversité, d’une part, et entraîne la formation de bouchons, d’autre part. La Flandre se bloque littéralement de son propre chef. L’enjeu n’est donc pas seulement écologique, mais aussi social et économique.

Qu’adviendra-t-il du bâti et des terrains à bâtir existants ?

La cabane dans les bois. Les développements en ruban. Qu’adviendra-t-il de tout cela ? Ce n’est en tout cas plus la voie de l’avenir, si cela ne tient qu’au gouvernement flamand. Les maisons sont souvent trop éloignées d’un cœur de village ou d’un centre-ville, ou situées en zone inondable. Il ne faudra certes pas les démolir sur-le-champ, mais les maisons de ce type sont vouées à disparaître. D’autant que la rénovation semble coûter plus cher que l’achat d’une nouvelle construction.

Qu’en est-il si vous possédez un terrain ? Il faut alors savoir s’il sera toujours qualifié de terrain à bâtir. Ce n’est pas encore certain. Si tel n’était pas le cas, vous ne resterez naturellement pas bredouille. Soit vous recevrez un dédommagement du gouvernement, soit vous bénéficierez de droits de construction sur un autre terrain.

Le stop au béton existe-t-il aussi en Wallonie ?

Oui, bien entendu. La Wallonie a elle aussi tiré la sonnette d’alarme. Le gouvernement veut y mettre fin à partir de 2050, et réduire l’étalement urbain de moitié en 2025. Un réel challenge, vu que la population ne cesse d’augmenter en Wallonie.

Quoi qu’il en soit, il est clair que le stop au béton ne signifie pas que vous deviez renoncer à votre rêve de nouvelle maison. Mais il est aussi évident qu’il faut fixer des priorités, et que nous devons nous féliciter des espaces verts restants. Qui plus est, pour l’heure le stop au béton est reporté, mais pas annulé.

Vous vous demandez toujours si vous allez construire ou pas ?

Consultez nos petites annonces pour trouver la perle qui vous convient !

Vers nos annonces

Plus d’Articles