People sitting around a table discussing a property, making an offer on a property here is what you should know.

Que devez-vous savoir pour faire une offre sur un bien immobilier ?

Le stress monte généralement d’un cran lorsque vous devez faire une offre sur une habitation. Comment procéder ? Que se passe-t-il ensuite ? Comment vous assurer que votre offre est valable ? Comment éviter une rupture de contrat ? Découvrez quelques astuces pratiques dans cet article.

Enfin, vous y êtes : vous avez trouvé le logement de vos rêves ! Vous songez à faire une offre au vendeur. Mais comment vous y prendre ? Découvrez nos trucs et astuces.

Les principes de base

En tant qu’acheteur, vous pouvez faire une offre lorsque le prix du bien que vous convoitez est négociable. Vous pouvez procéder oralement ou par écrit, mais parfois aussi par e-mail ou par SMS. Vous passez par un agent immobilier ? Il vous demandera de remplir un formulaire préétabli.

Faire une offre écrite

Respectez toujours les règles suivantes lorsque vous faites une offre écrite :

  • certaines informations sont obligatoires : adresse, prix, durée de validité de votre offre… ;
  • une offre émise vous lie au vendeur pour la durée que vous avez indiquée ;
  • si le vendeur accepte votre offre (et qu’elle ne contient aucune clause suspensive), vous ne pouvez plus vous rétracter ;
  • le bien n’est véritablement « vendu » que lorsqu’une offre est signée par l’acheteur et le vendeur. Pour que tout se déroule sans encombre par la suite, nous vous conseillons de faire appel à un notaire.

Attention : une offre écrite a le grand inconvénient d’être contraignante, même si le vendeur commet une erreur. Que l’habitation comporte des vices cachés, que l’installation électrique n’ait pas été inspectée ou que des locataires occupent encore le bien, il est impossible de revenir en arrière. Nous vous recommandons donc de faire une offre verbale et de n’apposer votre signature que sur le compromis de vente.

Scénarios possibles à l’issue de votre offre

C’est au vendeur de décider qui achète sa maison et à quel prix. Divers scénarios sont envisageables à l’issue de votre offre : le vendeur peut l’accepter ou faire une contre-offre, un autre acheteur peut faire une offre supérieure, le vendeur peut augmenter le prix du bien lorsque plusieurs offres sont en concurrence… Vous pouvez également décider de retirer votre offre, sauf si le vendeur l’a déjà acceptée.

Éviter une rupture de contrat

Pour éviter d’être accusé de rupture de contrat, vous pouvez formuler une condition suspensive ou mettre une option.

  • Lorsqu’une condition suspensive est fixée, la vente (après une offre) ne peut avoir lieu que si cette condition précise est remplie. Par exemple, la vente ne sera conclue que si l’acheteur obtient un prêt à la banque. Si aucun crédit ne lui est finalement accordé, la vente n’aboutira pas.
  • Si vous hésitez encore, vous pouvez mettre une option sur le bien. Conséquence ? Personne d’autre ne peut acheter la propriété pendant une durée prédéterminée. En échange de cette faveur, vous devrez néanmoins verser une indemnité au vendeur.

Faire une offre sur une propriété n’est pas une décision à prendre à la légère. Mettez-vous en condition grâce aux règles ci-dessus et veillez à ne jamais dépasser la limite maximale de votre budget.

Plus d’Articles