Yellow pretty typical wall, what kind of costs do I need to take into account.

Vous vendez votre bien ? Gardez à l’œil certains frais !

En tant que vendeur, vous espérez évidemment recevoir le montant le plus élevé possible de la part de l’acheteur. N’oubliez cependant pas que vous devrez, vous aussi, vous acquitter de certains frais. Nous en avons dressé la liste ci-dessous, de sorte à vous éviter de mauvaises surprises.

Les frais de mise en vente

Selon le mode de vente de votre bien, la vente proprement dite peut occasionner des frais. Si la vente de gré à gré ne vous coûte rien, un agent immobilier exigera, en revanche, entre 3 % et 5 % du prix de vente. Et en cas de vente publique, cette commission peut même s’élever à 15 %.

Le coût du certificat de performance énergétique (CPE)

Le certificat de performance énergétique est obligatoire pour tous les biens mis en vente. Des spécialistes agréés réalisent un diagnostic des performances énergétiques et de l’isolation de votre maison ou appartement et lui attribuent une cote, allant de A (excellent) à G (médiocre). Le coût du CPE varie en fonction de la taille du bâtiment, du nombre de façades, de l’existence de plans, etc. Comptez en moyenne entre 300 et 800 euros.

Les coûts de mise en conformité

L’installation électrique de votre habitation n’est plus aux normes ? Vous avez des problèmes d’humidité ou les fenêtres ne sont composées que de simple vitrage ? Une propriété en parfait état se vendra à un prix plus élevé. La valeur CPE influe, elle aussi, sur le prix. Évaluez s’il est pertinent d’investir d’abord dans quelques rénovations ou s’il est plus avantageux de mettre votre bien sur le marché en l’état.

L’impôt sur la plus-value

Vous avez acheté votre habitation il y a moins de 5 ans et vous envisagez de la revendre ? Ne perdez pas de vue l’impôt sur la plus-value, un impôt de 16,5 % prélevé sur la plus-value de votre maison ou de votre appartement. Cette plus-value est calculée en déduisant le prix d’achat (majoré des frais de notaire, des coûts des travaux réalisés par des entrepreneurs agréés et de 5 % de plus-value annuelle) du prix de vente.

Le remboursement anticipé du prêt

Le crédit hypothécaire que vous avez souscrit pour l’achat de votre habitation est toujours en cours ? Lors de la vente de votre bien, vous devrez verser des « indemnités de remploi » à la banque, en plus du solde restant dû. Ces indemnités de remploi varient entre 3 et 6 mois d’intérêts.

La mainlevée de l’hypothèque

Les crédits immobiliers sont garantis par une hypothèque de 20 à 30 ans. Si vous vendez votre bien au cours de cette période, vous devrez payer des « frais de mainlevée d’hypothèque ». Il s’agit d’un acte notarié par lequel l’organisme financier prêteur renonce à sa garantie hypothécaire sur le bien. Le coût de cet acte se monte à environ 0,7 % du montant emprunté. Vous mettez votre bien en vente car vous avez acheté un nouveau logement, pour lequel vous continuerez d’emprunter auprès de la même banque ? Vous pouvez alors demander le transfert du crédit du premier bien vers le second.

Déterminez avant tout la valeur de votre bien

De nombreux frais dépendent du prix de vente de votre maison ou de votre appartement. Afin d’effectuer une estimation réaliste, il est judicieux de connaître la valeur de votre bien. Calculez-la rapidement à l’aide de notre outil d’estimation.

Estimation gratuite en ligne

Plus d’Articles